dimanche 25 août 2013

Ascendance d'Antoinette Gay


Les ascendants d'Antoinette Gay présentés dans cet article :

Antoinette Gay (1703-1744)
Pierre Gay (1657-1724), laboureur
Jean Gay


Antoinette Gay est née au village du Morin (Saint-Clément) le 20 avril 1703. Elle est la fille de Pierre Gay et de Thomase Bargoin. A 17 ans, elle quitte son village en compagnie de sa soeur Jeanne à l'occasion d'un double mariage avec deux frères laboureurs du village du Faure à Arronnes : Louis et Antoine Laplace. L'année suivante, elles sont rejointes par leur frère Claude qui se marie à son tour avec une sœur de leurs époux. Au village du Faure, elle a au moins quatre enfants avec Louis Laplace. 
Elle est décédée au Faure le 17 juillet 1777, à l'âge de 41 ans.

*********************************************************************************

Pierre Gay est né le 5 avril 1657 à Saint-Clément. Il est le fils de Jean Gay et de Jeanne Mazioux. A l'âge de 23 ans, il épouse Antoinette Vernassière (1). Les époux semblent s'être installés à Ferrières ou à Saint-Nicolas-des-Biefs, mais le décès rapide d'Antoinette met fin à ce premier mariage. A l'automne 1683, il épouse en seconde noce Thomase Bargoin, la fille d'un laboureur de Ferrières âgée de seulement 13 ans (2). Les époux s'installent comme laboureurs au village du Morin à Saint-Clément où naît en 1688 leur premier enfant identifié. Ils semblent avoir vécu quelques années au village de la Blettery (Saint-Nicolas-des-Biefs) vers 1697-1700, avant de revenir au Morin. Seule la naissance de leur dixième enfant identifié a lieu dans dans un autre village, celui de Martinet.
Il est décédé au village du Morin le 7 juillet 1724, à l'âge de 67 ans.


(1) Contrat de mariage entre Pierre Gay et Antoinette Vernassière (6 décembre 1681). Maître Bargoin, notaire à Ferrières-sur-Sichon. L'acte de mariage n'a pu être retrouvé, il a pu être rédigé à Ferrières ou à Saint-Nicolas.

(2) Contrat de mariage entre Pierre Gay et Thomase Bargoin (12 septembre 1683). Maître Chappuy, notaire à Laprugne. L'acte de mariage n'a pu être retrouvé, il a pu être rédigé à Ferrières ou à Saint-Nicolas.


Arbre : les enfants de Pierre Gay et de Thomase Bargoin.


jeudi 27 juin 2013

Ascendance de Marie Laplace (2e branche)


Les ascendants de Marie Laplace présentés dans cet article :

Marie Laplace (1712-1781)
Claude Laplace (v.1680-1752), laboureur, métayer, propriétaire
Jean-Louis Laplace (1660-1744), praticien, huissier (voir l'autre article intitulé "ascendance de Marie Laplace")

Marie Laplace est née le 4 mai 1712 au village de Balichard à Arronnes. Elle est la fille de Claude Laplace et de Claudia Neslie. A 17 ans, elle épouse Mary Bigay, un laboureur originaire de la même paroisse. Ils s'installent au village Doyat (Arronnes) où naissent au moins huit enfants.
Elle est décédée au village Doyat le 23 juin 1781, à l'âge de 69 ans.

***********************************************************************************

Claude Laplace est né vers 1681, probablement à Arronnes. Il est le fils de Jean-louis Laplace et de Michelle Corre. A 20 ans, il épouse Claudia Neslie à Arronnes. Deux ans après ce mariage, un acte notarié stipule que son père, Jean-Louis Laplace, le prend en main-ferme au domaine de Balichard ou il est déjà laboureur (la main-ferme est peut-être un bail permanent obtenu contre un loyer déterminé) (1). Au moins six enfants naissent à Balichard entre 1702 et les année 1720. Une autre mention datant de 1724 confirme l'existence de contrats de métayage impliquant Claude sur les terres du village de Balichard (2).
Il est décédé à Balichard le 18 décembre 1752, à l'âge d'environ 71 ans. Il est alors désigné comme "propriétaire"


(1) CONTAL S,"Tribune des adhérents", Allier Généalogie, n°102, juin 2013, p. 87
(2) Cette mention semble datée de 1724, mais elle est insérée entre les année 1703 et 1704 du registre paroissial (série "communale")


Arbre : les enfants de Claude Laplace et de Claudia Neslie.

***********************************************************************************

Pour la suite de l'ascendance, voir l'autre article intitulé "ascendance de Marie Laplace" (cas d'implexe : Claude Laplace (ci-dessus) est le frère de Louis Laplace (v.1696-1766) 


jeudi 13 juin 2013

Ascendance de Suzanne Geneste

Les ascendants de Suzanne Geneste présentés dans cet article :

Suzanne Geneste (1753-1827)
Pierre Geneste (?-?), laboureur


Suzanne Geneste est née le 20 mars 1753 au domaine Chervin sur la paroisse du Mayet-de-Montagne. Elle est la fille de Pierre Geneste et d'Antoinette Geneste. A 24 ans, elle se marie avec Claude Sigot, un laboureur du village Coulaud à Arronnes. Le même jour, sa nièce a épousé Jean Sigot, le frère de Claude, et les deux couples s'installent au village Coulaud. Claude décède après la naissance de leur quatrième enfant. A 35 ans, elle se remarie avec Annet Roche avec lequel elle reste habiter à Coulaud. Au moins deux enfants sont nés de cette seconde union. 
Elle est décédée à Coulaud à l'âge de 73 ans.


Arbre : les enfants de Suzanne Geneste.

********************************************************************************

dimanche 12 mai 2013

Ascendance de Marie Quincandon

Les ascendants de Marie Quincandon présentés dans cet article :

Marie Quincandon (1741-1785)
Jacques Quincandon (?-?), peigneur de chanvre

Marie Quincandon est née au village Doyat à Arronnes le 17 septembre 1741. Elle est la fille de Jacques Quincandon et de Denise Roche. A 21 ans, elle épouse Simon Laplace et ils s'installent comme propriétaires au village du Faure (Arronnes). Ils y ont six ou sept enfants entre 1764 et 1781.
Elle est décédée au Faure le 4 mars 1785, à l'âge de 43 ans.

******************************************************************************

vendredi 3 mai 2013

Ascendance de Jeanne Bigay (3e branche)

Les ascendants de Jeanne Bigay présentés dans cet article :

Jeanne Bigay (1784-1840)
Antoine Bigay (1746-1830), propriétaire, laboureur, meunier
Mary Bigay (1711-1763), laboureur, propriétaire
Georges Bigay


Jeanne Bigay est née le 19 janvier 1784 au village des Merciers à Busset. Elle est la fille d'Antoine Bigay et de Marie Besson. Elle grandit aux Merciers puis au Foucauds deux villages situés à Busset. A 18 ans, elle se marie avec Guillaume Laplace, le fils d'un propriétaire d'Arronnes. Ils s'installent dans un premier temps aux Foucauds, puis ils deviennent, pour quelques années seulement, meuniers au moulin Tachon dans la vallée du Sichon. Après 1810, ils quittent la vallée pour le village de Coulaud situé sur les hauteurs du bourg d'Arronnes. Entre 1803 et 1830, ils ont dix enfants. 
Jeanne est décédée à Coulaud le 15 mai 1840, à l'âge de 56 ans. 

*********************************************************************************

Antoine Bigay est né le 28 avril 1746 au village Doyat à Arronnes. Il est le fils de Mary Bigay et de Marie Laplace. A 22 ans, il épouse Marie Besson à Arronnes. Ils s'installent dans un premiers temps comme laboureurs propriétaires au village des Liages situé à proximité du bourg d'Arronnes, bien qu'appartenant à la paroisse de Busset. Ils s'installent ensuite successivement aux Barlets (Arronnes), aux Merciers puis aux Foucauds (Busset). Leur statut n'est plus précisé sur les actes, sauf pour le passage aux Barlets où ils sont qualifiés de métayers. Vers 1806, ils s'installent comme meuniers au moulin Tachon en compagnie de leur fille Jeanne et de leur gendre Guillaume Laplace. Ils semblent aussi suivre ces derniers lorsqu'ils quittent le moulin Tachon pour le village Coulaud (Arronnes). 
Il est décédé à Coulaud le 18 janvier 1830, peu avant ses 84 ans. 




Arbre : les enfants d'Antoine Bigay et de Marie Besson
Les deux premières naissances ont lieu au villages des Liages situé sur la paroisse de Busset. Toutefois, la première naissance est enregistrée sur l'état civil d'Arronnes.

*********************************************************************************

Mary Bigay est né le 7 avril 1711 au village Doyat à Arronnes. il est le fils de Georges Bigay et de Jeanne Cartailler. A 18 ans, il se marie avec Marie Laplace, avec laquelle il s'installe comme laboureur au village Doyat. Ils y ont au moins huit enfants entre 1734 et 1749.
Il est décédé au village Doyat en 1763, à l'âge de 42 ans.


Arbre : les enfants de Mary Bigay et de Marie Laplace.

Antoine est qualifié de "garçon domestique" sur son acte de décès en 1824, ce qui semble indiquer qu'il ne s'est pas marié. Par ailleurs, il pourrait s'agir de la même personne que Mary Bigay.


lundi 22 avril 2013

Ascendance de Marguerite Laurent

les ascendants de Marguerite Laurent présentés dans cet article :

Marguerite Laurent (1817-1878)
Mathieu Laurent (1792-1844), tisserand, cultivateur
Jean Laurent (1746-1819), charpentier
Mathieu Laurent (v.1712-1772), charpentier

Marguerite Laurent est née le 22 décembre 1817 au bourg de La Chapelle. Elle est la fille de Mathieu Laurent et de Jeanne Cartailler. A 23 ans, elle épouse Mary Laplace, un cultivateur originaire d'Arronnes. Après le mariage, ils s'installent au Crozet, le même village que ses parents, où naissent leurs quatre enfants. Après 1850, ils quittent La Chapelle pour Arronnes où ils habitent successivement à Baudecroux, au grand Cossange, puis au moulin Chaunier. 
Elle est décédée au moulin Chaunier le 8 avril 1878, à l'âge de 60 ans. 

*********************************************************************************

Mathieu Laurent est né le 16 avril 1792 au bourg de La Chapelle. Il est le fils de Jean Laurent et de Jeanne Forestier. Il grandit probablement dans le bourg de cette commune, où il devient tisserand. A 22 ans, il épouse Jeanne Cartailler, la fille d'un cultivateur de Chateldon. Leurs deux premiers enfants naissent dans le bourg de La Chapelle où Mathieu semble poursuivre son activité de tisserand. A partir de 1820, la famille déménage pour le hameau de la Jonchère, sur la même commune. Mathieu est alors désigné comme cultivateur (1). Après 1833, la famille va s'installer au Crozet, un autre village situé à proximité.
Il est décédé au Crozet le 22 novembre 1844, à l'âge de 52 ans.

(1) (sur les actes de naissance de ses enfants : 1815 : tisserand ; 1817 : propriétaire ;  1820 : journalier ; 1833 : tisserand. Sur les autres actes par la suite la mention cultivateur l'emporte.)  


Arbre : les enfants de Mathieu Laurent et Jeanne Cartailler.


*********************************************************************************

Jean Laurent est né le 17 juin 1746 au moulin de Maugaret à La Chapelle. Il est le fils de Mathieu Laurent et de Claudine Poutier. A 22 ans, il épouse Marie Blettery avec laquelle il s'installe comme charpentier au village d'Isseroure (La Chapelle). Après le décès de sa première femme en 1782, il se remarie avec Jeanne Forestier. Il semble qu'ils aient alors quitté Isseroure pour le bourg de La Chapelle. Trois enfants au moins naissent de ce second mariage.
Il est décédé au bourg de La Chapelle le 26 novembre 1819, à l'âge de 73 ans.


Arbre : les enfants de Jean Laurent.



vendredi 29 mars 2013

Ascendance de Gabriel Laurut

Les ascendants de Gabriel Laurut présentés dans cet article :

Gabriel Laurut (1869-1912), cultivateur
Jean Laurut (1838-?), cultivateur, journalier
Jean Laurut (?-?), métayer


Gabriel Laurut est né le 12 septembre 1869 à Mariol. Il est le fils de Jean Laurut et d'Hélène Raynaud. A 27 ans, il épouse Françoise Sauvage à Mariol. Les mariés s'installent comme cultivateurs à la Maison Blanche sur cette même commune. Ils y ont deux filles : Marguerite et Justine.
Il est décédé à Mariol en 1912, à l'âge de 42 ans. 


Arbre : les enfants de Gabriel Laurut et Françoise Sauvage.

**********************************************************************************

Jean Laurut est né le 29 décembre 1838 au domaine des Barlets à Arronnes. Il est le fils de Jean Laurut et de Denise Roche. A 26 ans, il est domestique à Mariol lorsqu'il épouse Hélène Raynaud, la fille d'un maréchal-ferrant de cette commune. Les mariés s'installent dans le bourg de Mariol où ils ont six enfants. Jean est alors désigné comme cultivateur. A la fin des années 1890, ils résident à la Maison Blanche, toujours sur la même commune.



Arbre : les enfants de Jean Laurut et Hélène Raynaud.

mardi 26 mars 2013

La retraite dans les années 20


Le 5 avril 1910 naissait la retraite ouvrière et paysanne. Il s’agissait pour la France du premier système de retraite général et obligatoire. D’abord regardé avec beaucoup de méfiance par les syndicats et une partie des socialistes qui y voyaient une « retraite pour les morts » en raison d’un âge de départ fixé à 65 ans, elle aboutit néanmoins à la conquête d’un droit nouveau. 
Lorsqu'Antoine Thuizat choisit de faire valoir ses droits en août 1927, il a 60 ans. Il en profite peu puisqu'il décède quelques mois plus tard.

 



dimanche 24 mars 2013

Ascendance de Catherine Robert


Les ascendants de Catherine Robert présentés dans cet article :

Catherine Robert (1724-1766), femme de chambre de la comtesse de Busset
Pierre Robert (v.1699-1747), menuisier, sculpteur


Catherine Robert est née dans le quartier de Battant à Besançon le 23 novembre 1724. Elle est la fille de Pierre Robert et de Pierrette Alexandre. On ignore à quel âge elle a quitté sa région natale pour entrer au service de la comtesse de Busset, en tant que femme de chambre. Quoi qu'il en soit, elle a 25 ans lorsqu'elle épouse à Busset François Becquemie, un intendant du comte originaire de Normandie. Ils ont eu 6 enfants, tous nés dans le bourg de Busset. 
Elle est décédée à Busset le 7 novembre 1766, à l'âge de 41 ans.



Photo : le quartier Battant à Besançon (source Besançon.fr )
Au XVIIIe siècle, ce quartier populaire est peuplé de vignerons, de lavandières, de tanneurs, et de petits artisans. La ville est en pleine croissance, et l'une des marques de cette prospérité est la construction de l'église Sainte Madeleine (dans le prolongement du pont Battant) entre1746 et 1766.
Entre 1727 et 1729, la famille Robert quitte ce quartier pour l'autre rive du Doubs (rue Poitune, visible au tout premier plan, en arrière des quais) 

*********************************************************************************

Pierre Robert est né vers 1699. Son acte de mariage ne mentionne pas ses parents, il est donc assez difficile d'en savoir plus sur ses origines avec les seules ressources de l'état civil (aucun membre de la famille n'est mentionné, pas plus que sur les actes de naissance de ses enfants). Il a environ 22 ans lorsqu'il épouse Pierrette Alexandre dans la paroisse Sainte-Madeleine de Besançon. Il est alors menuisier dans le quartier Battant. Les époux ont eu au moins trois enfants entre 1721 et 1729, les deux premiers à Battant, le dernier à Poitune. Lors de cette dernière naissance, il est qualifié de sculpteur.
Il est décédé le premier avril 1747, à l'âge d'environ 47 ans, et a été inhumé dans le cimetière de l'allée du cloître.


Arbre : les enfants de Pierre Robert et de Pierrette Alexandre. Cet arbre est peut-être incomplet.

mardi 12 mars 2013

Ascendance de Rosalie Sigot et de Marie Sigot


Les ascendants de Rosalie Sigot présentés dans cet article :

Rosalie Sigot (1841-1879)
Claude Sigot (1810-1887), cultivateur, métayer
Jean Sigot (1781-1833), cultivateur, métayer
Claude Sigot (1744-1787), laboureur et Marie Sigot (1753-1826)
Benoit Sigot (vers 1709-1779), laboureur, métayer
Antoine Sigot (vers 1661-1741)

Rosalie Sigot est née le 12 février 1841 au village des Bargeons à Nizerolles. Jusqu'à l'âge de vingt ans, elle suit ses parents qui deviennent métayer au Chervais (Molles). Après avoir eu un enfant "naturel", elle épouse Antoine Laplace, un domestique de ferme originaire de La Chapelle qui était venu s'installer au Chervais. Les époux s'installent comme cultivateurs à Aronnes, à Baudecroux puis au village Doyat. Ils y ont quatre enfants. Après le décès de son premier mari, elle épouse en seconde noce Jean Fayon et s'installe avec lui aux Ruettes sur la commune de Busset. Une fille naît de ce second mariage.
Elle est décédée aux Ruettes le 27 mai 1879, à l'âge de 38 ans.


Arbre : les enfants de Rosalie Sigot.

- L'une des trois filles de Rosalie et Antoine Laplace s'est mariée à Marseille en 1900 avec Antoine Caillol. Le marié était originaire de cette ville. En 1900, il demeurait au n°28 boulevard de la paix, près du Vieux Port, où il exerçait la profession de cocher.

- On a retrouvé aucun acte concernant Marie Laplace, la dernière fille d'Antoine et Rosalie. 

- Louise Fayon, la dernière fille de Rosalie, a épousé un tailleur de pierre installé rue Gaudry à Vichy. Lors de son mariage, elle était une employée domiciliée à l'hôpital civil.

********************************************************************************

Claude Sigot est né le 27 septembre 1810 au village de Barnaudière (Arronnes). Il est le fils de Jean Sigot et de Marie Fiat. Jusqu'à son mariage, il grandit dans ce même village et dans celui de Coulaud. A 23 ans, il épouse Catherine Roche, la fille d'un couple de métayers originaires de Ferrières-sur-Sichon. Ils s'installent ensemble comme métayers au village des Bargheons à Nizerolles. Au cours des premières années, Catherine est désignée comme couturière sur les actes de naissance de ses enfants. Après 1841, ils changent régulièrement de lieu de travail : Fournier à Isserpent, les Bruyères à Droiturier, chez Lefroy à Saint-Prix, le Chervais à Molles, et les Rouchons à Busset. Dans ce dernier domaine, ils travaillent désormais comme métayers avec plusieurs de leurs enfants mariés. Vers 1870, toute la famille déménage une dernière fois pour un retour au village Coulaud à Arronnes.
Il est décédé à Coulaud le 21 juillet 1887, à l'âge de 76 ans.


Arbre : les enfants de Claude Sigot et Catherine Roche .

********************************************************************************

Jean Sigot est né le 30 décembre 1781 au village de Coulaud à Arronnes. Il est le fils de Claude Sigot et de Suzanne Geneste. A 17 ans, il épouse Marie Fiat, une jeune femme de trois ans son ainée originaire de Ferrières-sur-Sichon. Ils s'installent comme métayers au Coulaud où naissent leurs premiers enfants. Après 1808, ils quittent Coulaud pour Barnaudière, un autre village d'Arronnes. 
Il est décédé à Coulaud, où il était revenu avec au moins deux de ses frères, à l'âge de 51 ans. Sa veuve, Marie Fiat, part alors s'installer aux Barghons à Nizerolles ou habitent déjà sa fille Denise et ses deux fils Claude ; elle les suit ensuite à Fournier, sur la commune d'Isserpent où elle est décédée.



Arbre : les enfants de Jean Sigot et Marie Fiat

********************************************************************************

Claude (Léger) Sigot est né le 1 octobre 1744 au village de Coulaud à Arronnes. Il est le fils de Benoît Sigot et de Michelle Barnichon. À 32 ans, il épouse Suzanne Geneste lors d'un double mariage au cours duquel son frère Jean épouse Marie Geneste, la nièce de sa nouvelle femme.  Tous semblent s'installer au village Coulaud comme laboureurs métayers. C'est dans ce village que naissent leurs quatre enfants.
Il est décédé à Coulaud le deux mars 1787, à l'âge de 42 ans.


Arbre : les enfants de Claude Sigot et Suzanne Geneste.

Marie Sigot (soeur de Claude) est née le 3 mars 1753 au village Coulaud à Arronnes. Elle est la fille de Benoît Sigot et de Michelle Barnichon. À 23  ans, elle épouse Denis Laurut, un jeune veuf métayer sur la paroisse de Busset. Ils s'installent comme métayers sur cette paroisse aux Morands puis aux Liages, pendant quelques années, puis plus durablement aux Corres. Entre 1777 et 1795, ils ont sept enfants. Après le décès de son mari, elle semble quitter les Corres pour le village des Barlets à Arronnes où vit son beau-fils Georges Laurut (1).
Elle est décédée aux Barlets à l'âge de 73 ans.

(1) Le fils de la première femme de son mari, né en 1776.


Arbre : les enfants de Marie Sigot et Denis Laurut
Marie Laplace, l'arrière-petite-fille de Marie Sigot s'est mariée avec Claude Roudier, l'arrière-arrière-petit-fils de Claude Sigot (cas d'implexe)

********************************************************************************

Benoit Sigot est né vers 1709. Il est le fils d'Antoine Sigot et de Bonette Cougnet. Après avoir épousé Michelle Barnichon au début des années 1730, il s'installe comme laboureur métayer au village de Coulaud à Arronnes. Neuf enfants naissent de cette union. Le couple ne semble pas avoir vécu ou travaillé ailleurs qu'au village de Coulaud.
Il est décédé à Coulaud le 10 septembre 1779, à l'âge d'environ 70 ans.



Arbre : les enfants de Benoit Sigot et Michelle Barnichon